en tête forum avec mention psychologue
 

Grand succès du congrès d'autisme PACA

Plus de 600 inscrits, des centaines de personnes refusées: ce congrès fera date, avec la venue exceptionnelle de Monica Zilbovicius et de grands spécialistes venus parler de l'autisme, du cerveau, de la neuropsychologie.

De g à d: Joëlle Corneille (Kiwanis), Jean-Sébastien Vialatte (député-maire), Jean-Marc Bonifay (APACA), Monica Zilbovicius, Joseph Mulé (conseiller général) et Philippe Vitel (député).

De g à d: Joëlle Corneille (Kiwanis), Jean-Sébastien Vialatte (député-maire), Jean-Marc Bonifay (APACA), Monica Zilbovicius, Joseph Mulé (conseiller général) et Philippe Vitel (député).

Organisé par Autisme PACA, avec le soutien de la municipalité de Six-Fours, et en partenariat avec le Kiwanis de Six-Fours-La Seyne-Saint Mandrier, ce congrès a été un succès comme rarement en France. Il s'agissait de présenter l'autisme sur un plan scientifique et d'évoquer les recherches, les avancées avec Monicia Zilbovicius, marraine d'APACA (voir notre précédent article), Sandrine Oblet (psychologue), Lionel Couquet (pédopsychiatre), le professeur Da Fonseca (pédopsychiatre), Andréia Santos (psychologue), Yannick Rodriguez (jeune homme asperger, étudiant). On retrouvait dans la salle parmi les centaines de personnes présentes, des professionnels (notamment centre de ressources autisme), la MDPH du Var, des étudiants de la Croix Rouge, des représentants d'association comme Isabelle Decitre (DFD 83), Nathalie Patissou (Directrice de l'autonomie au Conseil Général) ou encore des clubs-services comme le Kiwanis Jospéhine Baker, le Lions club de Six-Fours ou la commanderie de Toulon-la Royale . De nombreux élus étaient également présents comme Joseph Mulé (conseiller général), le député Philippe Vitel et les élus six-fournais.
Dans le discours d'ouverture, Jean-Sébastien Vialatte (député-maire) félicita le président d'autisme PACA Jean-Marc Bonifay, lui disant: "on continuera à vous soutenir, et on sera là aussi pour votre projet de Futuroschool". Puis de préciser: "la ville est particulièrement attachée à cette cause déclarée grande cause nationale 2012 par le premier ministre. C'est une date fondatrice pour poursuivre le travail d'information et de sensibilisation, faire progresser les connaissances autour de l'autisme et faire tomber les préjugés encore trop nombreux". Puis il précisa: "aujourd'hui 600.000 personnes autistes en France sur 67 millions dans le monde sont concernées. Dans l'autisme la grande diversité des troubles justifie la pluralité des approches...l'objectif des pouvoir publics est de proposer une prise en charge pluridisciplinaire, dans le respect de la dignité humaine".
Le président d'APACA remercia le député-maire pour son soutien permanent, ainsi que Joseph Mulé, et le Kiwanis de Six-Fours. Monica Zilbovicius félicitera le président d'APACA pour toutes ses actions, dont ce congrès et elle lui dira: "je vous soutiendrai dans votre projet de création de futuroschool".

Une journée passionnante, avec comme point d'orgue
l'intervention de Monica Zilbovicius


Plusieurs thèmes par des spécialistes reconnus furent abordés tout au long de la journée: "spécificités cognitives de l'autisme et stratégies pédagogiques" par Sandrine Oblet, "autisme et famille" par Lionel Couquet, "prise en charge intégrative des TED" par le professeur Da Fonseca, "approche psychosociale des troubles du spectre autistique" par Andreia Santos...
Monica Zilbovicius, directrice de recherche à l'INSERM aborda "le cerveau social et l'autisme", une intervention passionnante qui permit de mieux appréhender le "spectre autistique". Elle revint sur la découverte de son équipe en 2000 sur une anomalie au niveau d'une zone du cerveau (le sillon temporal supérieur) des autistes. Cette région étant importante pour "la perception sociale", la perception des mouvements du corps étant à la base des interractions sociales. Les autistes ont ainsi une anomalie fonctionnelle et structurelle dans cette région clef du cerveau. Elle fit part à l'assistance des recherches de son ami Ami Klin (Université de Yale) qui a mis en évidence les problèmes de synchronisation du mouvement et du son des enfants autistes; ces derniers vont fixer la bouche d'une personne qui parle plutôt que ses yeux. Du coup ils n'ont pas accès à l'information, ils appréhendent le monde d'une manière différente. Dans son discours Monica Zilbovicius évoqua justement le"Eye-tracking", permettant la mesure du regard: "on s'est aperçu que dès 15 mois les enfants autistes ne regardaient pas dans les yeux". Dans sa conclusion elle expliquera: "l'essentiel de notre recherche est de comprendre les mécanismes pour apporter une approche thérapeutique adéquate". Et lors du jeu des questions - réponses elle insistera: "les autistes ne sont pas dans leur monde imaginaire, dans leur bulle! Scientifiquement parlant c'est faux, ils ont une perception différente".
Cette approche scientifique a permis, sans aucune polémique, de sortir de tous les clichés liés à l'autisme, et de saisir en filigrane que certaines approches ne pouvaient être une bonne réponse aux troubles autistiques. Jean-Marc Bonifay était quant à lui plus que satisfait: "on va pouvoir mener de nombreux projets pour l'avenir, les conférences ont été passionnantes et cela a permis de nombreux échanges, c'est que du positif, les choses avancent".

D.D, le 03 avril 2012

Autres photos:

  Salle comble à l'espace Malraux pour ce congrès.Monica Zilbovicius.
Monica Zilbovicius.
http://www.six-fours.net/actualite/six-fours-handicap-grand-succes-du-congres-d-autisme-paca-5229.html

Monica Zilbovicius, invitée prestigieuse du congrès d'APACA

Référence mondiale dans le domaine des troubles du développement de l'enfant, cette chercheuse sera l'invitée d'honneur du congrès sur l'autisme de ce mardi à l'Espace Malraux.

L'équipe d'autisme PACA avec Monica Zilbovicius (avec l'écharpe jaune).

L'équipe d'autisme PACA avec Monica Zilbovicius (avec l'écharpe jaune).

Monica Zilbovicius est directrice de recherche à l'Inserm, responsable en imagerie cérébrale dans les troubles du développement de l'enfant. Elle est psychiatre-neurobiologiste à l'hôpital Necker, une référence mondiale. Elle sera présente ce mardi à l'Espace Malraux pour le congrès organisé par Autisme PACA présidé par Jean-Marc Bonifay. Elle a accepté bien volontiers l'invitation de l'association, d'autant plus qu'elle en est la marraine: "je ne connaissais pas Jean-Marc, cela s'est fait au feeling, j'apprécie l'action qu'il mène". Et en ce mardi, l'Espace Malraux est déjà complet, avec plus de 600 inscrits, du jamais vu dans la région.
Outre sa présence exceptionnelle, elle va aussi soutenir Autisme Paca dans son projet novateur de développer une "Futuroschool" à Six-Fours; Il s'agit d'un systéme éducatif plus à l'écoute des différences et des compétences des enfants avec une approche innovante, imaginé par Vaincre l'Autisme. Il ne s'agira pas d'une substitution à l'école mais au contraire de donner aux enfants les bases pour qu'ils bénéficient d'une scolarisation en milieu ordinaire. La structure pourra accueillir 12 enfants autistes de 2 à 20 ans, et Jean-Marc Bonifay espère qu'elle verra le jour d'ici deux ans sur la commune.
Il est bon de rappeler que, d'après les chiffres de 2007 de l'INSERM, on compte plus de 600.000 enfants présentant des troubles autistiques en France, soit une naissance sur 150. Et même si on ne guérit pas de l'autisme, on peut par contre faire des progrès significatifs, à condition que tout soit mis en oeuvre: scolarisation en milieu ordinaire, suivi médical adapté...

20 ans de recherches essentielles


L'équipe de Monica Zilbovicius aura été une des premières au monde à montrer les anomalies localisées au niveau du cerveau des autistes grâce à l'imagerie, en 2000. Une région importante pour la perception des mouvements, du regard...Mais cela résulte de 20 ans de recherche, et le premier article publié par son équipe remonte à 1992 mais les machines n'étaient pas encore assez performantes pour le prouver: "le pionnier est le professeur Gilbert Lelord, fondateur de l'école de Tours et du service de pédopsychiatre de Tours". Il a été son directeur de thèse. Cette découverte d'une anomalie dans une zone du cerveau des autistes a déjà permis de déculpabiliser les mères, et surtout envisager une prise en charge adaptée: "il faut au mieux caractériser l'imagerie pour évaluer la thérapeutique". Elle nous expliquait le "Eye-tracking": "Cette technique permet de mieux comprendre le phénotype de l'autisme à savoir quantifier tous les caractères observables et mieux saisir le dysfonctionnement social. Avec cette technique on a pu montrer que les autistes ne pouvaient disposer des mêmes informations que les personnes non autistes car ils ne regardent pas les autres dans les yeux. Il faut bien comprendre qu'avec la parole seule, on ne communique rien. On peut savoir avec cette technique comment l'enfant regarde le monde".
Monica Zilbovicius est loin de l'archétype de la chercheuse recluse dans son univers, elle est engagée et investie. Elle nous disait: "La France accuse un énorme retard, mais il y a une évolution, et il faut profiter du fait que l'autisme soit une grande cause nationale, il faut que le bon sens s'impose". Et d'ajouter: "on ne peut plus dire aujourd'hui que l'enfant autiste est dans sa bulle, s'isole dans son monde. C'est bien sûr faux, il a une construction différente du monde qui l'entoure. Il faut l'accompagner, qu'il soit scolarisé en milieu ordinaire, qu'il ait un suivi adapté à ses compétences et qu'on laisse la place aux parents qui ont un rôle important de stimulateurs". D'où l'importance d'un diagnostic précoce et qui permette surtout d'établir un bilan de ses compétences".

D.D, le 02 avril 2012
http://www.six-fours.net/actualite/six-fours-congres-monica-zilbovicius-invitee-prestigieuse-du-congres-d-apaca-5225.html




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement